NUEVO CINE ESPAÑOL // PEDRO ALMODÓVAR

 

02/06 - 05/07/2022 

 

Le Filmpodium Biel/Bienne consacre le mois de juin à la création cinématographique du légendaire 

 

Pedro Almodóvar – Comédien, auteur de mélodrames, metteur en scène de femmes

 

Né en 1949 à Calzada de Calatrava, un village poussiéreux de 4000 habitants en Castille-La Manche, fils de pauvres ouvriers agricoles, Pedro Almodóvar a rapidement fait l'expérience de l'éducation religieuse dans des écoles catholiques et s'est enfui à 16 ans pour Madrid. Ici le relent de la dictature franquiste n'était pas aussi totalitaire que dans la province.

Lui qui devait alors se cacher en tant qu'homosexuel se débrouilla avec de petits boulots jusqu'à ce qu'il décroche, en 1969, un poste fixe de vendeur auprès de la compagnie de téléphone. Ces expériences, acquises à la fin de la dictature et au début la société de consommation avec ses absurdités ont été déterminantes pour ses créations futures.

Après la mort de Franco en 1975, le pays s'est ouvert, et la Movida est née à Madrid, un mouvement de jeunesse sous-culturel qui s'est rapidement développé. Soudain, il y eut des glam-rockers, des punks, des anarchistes, des transsexuels et d'autres drôles d’oiseaux.

Partie prenante de ce mouvement, Almodóvar a réalisé son premier long métrage en 1980 : PEPI, LUCY, BOM Y OTRAS CHICAS DEL MONTÓN. Carmen Maura, une actrice déjà bien établie dans le théâtre et les séries télévisées, était de la partie. Elle lui a avancé de l'argent et a joué le rôle principal dans cette œuvre tapageuse : une fumeuse de joints qui, violée par un policier, se venge de son bourreau avec l'aide de quelques filles punk.

Outre Maura, les deux actrices argentines Cecilia Roth et Julieta Serrano, née en 1933, apparaissent également dans le film ; elles feront désormais partie intégrante de son clan et consolideront sa réputation de "metteur en scène de femmes". Plus tard, Almodóvar se brouillera avec Maura, mais Roth et Serrano collaborent encore aujourd'hui avec lui ; Roth en 2019 dans DOLOR Y GLORIA, et Serrano, à presque 90 ans, dans son dernier film, MADRES PARALELAS.

Parmi les autres femmes qui, au fil des ans, ont fait partie de son univers - non plus tapageur, mais mélodramatique - figurent Rossy de Palma, et surtout Penélope Cruz. Depuis 1997, date de sortie film CARNE TRÉMULA, l’adaptation d’un roman de Ruth Rendell, elle est devenue un peu sa muse. Récemment il a même avoué qu'il souhaitait être soigné par elle dans sa vieillesse. Espérons que Cruz n'aura pas à le faire avant longtemps, mais qu'il pourra encore souvent agir de manière aussi déchirante que dans les deux dernières œuvres du maître. Geri Krebs

 

Nous nous réjouissons de découvrir ce que la jeune création cinématographique espagnole a encore à offrir avec, entre autres, la nouvelle comédie espagnole géniale 6 DÍAS EN BARCELONA: la réalisatrice Neus Ballús - dont le père est lui-même installateur sanitaire - raconte son histoire avec un humour discret et sous-jacent et une légèreté désarmante. Tout comme elle suit ses protagonistes de client en client et que les portes des appartements barcelonais s'ouvrent pour les trois plombiers, le spectateur pend conscience des petits moments tragicomiques de la vie.

 

Ou encore le nouveau film avec Penélope Cruz et Antonio Banderas OFFICIAL COMPETITION (COMPETENCIA OFICIAL): une délicieuse comédie satirique sur la rivalité féroce entre deux acteurs talentueux à l'ego encore plus grand.

 

On rit beaucoup dans la comédie EL BUEN PATRÓN, récompensée par six Goyas. Javier Bardem y joue un entrepreneur familial qui aspire à plus de reconnaissance, mais auquel le destin met obstinément des bâtons dans les roues.